Le journal de bord

Ma lessive au naturel

Cet article est dans les tiroirs depuis longtemps… très longtemps, à tel point que nous pensions l’avoir déjà publié 🙂 Je dépoussière un peu tout ça et reprends la main sur le blog pour notre rentrée des classes, le temps d’un article qui parle justement de propreté et entretien de la maison… et comme dirait Valérie : « rien de tel qu’une femme pour faire le ménage ! »

 

Je vous donne aujourd’hui la recette de lessive et d’adoucissant que je fait et que j’utilise depuis un peu plus d’un an. J’ai mis un peu de temps avant de me lancer, traînant la patte pensant que ça me prendrait du temps… alors, j’ai fouiné sur internet pour trouver une recette simple avec de bons retours sur l’efficacité. Je suis convaincue ! Et surtout, cela ne me prend pas plus de temps que d’aller dans le rayon l’acheter ^^ Ma recette n’a pratiquement pas évolué, cela dépend surtout du savon utilisé, et est semblable à celle du livre que Jérémy m’a offert à noël dernier, « Ma maison saine avec les huiles essentielles ». Je vous recommande ce petit manuel qui est très bien fait avec le nécessaire pour entretenir sa maison pièce par pièce et qui surtout est agréable à l’œil.

 

LESSIVE

Pour environ 1 litre de lessive :

  • 1 litre d’eau
  • 50 g de savon de Marseille

et c’est tout !

Dans une casserole, je fais chauffer l’eau. Hors du feu, j’intègre le savon râpé ou en paillettes et je mélange doucement jusqu’à dissolution complète du savon. Je laisse tiédir et transvase ensuite dans un grand bidon que je laisse ouvert le temps que le mélange refroidisse totalement.

La lessive fige en refroidissant, je secoue donc avant chaque utilisation pour obtenir la consistance d’une lessive fluide.

Pour une machine « pleine » (jamais trop, le linge ne doit pas être tassé), je mets un petit verre (150 ml) de lessive directement dans le tambour, sur le linge.

J’ai fait mes premières lessives avec le savon de Marseille en cube de Théophile Berthon (souvenez-vous) que je râpais. La lessive avait la couleur et l’odeur « huile d’olive » du savon et ne figeait pas trop. Une fois le cube terminé, j’ai utilisé (et j’utilise toujours) les paillettes de savon de La droguerie écologique. Encore plus rapide, je n’ai plus besoin de râper ! En revanche, j’adapte la recette car sur le paquet, il est indiqué 40 g de paillettes pour 1 litre d’eau. Et en effet, il vaut mieux respecter et diminuer la quantité de savon car la lessive fige beaucoup. Dans ces deux versions de lessive, j’ai été contente du résultat. Ce qui compte, c’est de prendre du savon de bonne qualité (pourcentage d’huile d’olive important).

 

 

ADOUCISSANT

Pour 1 litre d’adoucissant :

  • 500 ml d’eau
  • 500 ml de vinaigre blanc ou vinaigre d’alcool
  • 50 gouttes d’huile essentielle de pamplemousse

Dans un contenant de plus d’un litre, je verse l’eau froide puis le vinaigre blanc et enfin l’huile essentielle. J’ai choisi pamplemousse mais vous pouvez choisir selon vos goûts (citron, lavandin, pin sylvestre, …).

Après avoir bien secoué le bidon, je mets un petit verre de cet adoucissant dans le bac d’assouplissant. Le vinaigre, dont l’odeur disparaît totalement avec le séchage, adoucit le linge, enlève les derniers résidus de calcaire, ravive les couleurs, empêche le linge noir de devenir gris…

Si ma recette, que j’ai justement adaptée, n’est pas simplement composée de vinaigre blanc comme je peux le voir sur certaine recette, c’est parce qu’il abîme les élastiques (sous-vêtements, …).

Petites astuces :

  • Pour le linge blanc, j’ajoute 1 à 2 cuillère(s) à soupe de percarbonate de soude directement sur le linge. Le percarbonate est idéal pour préserver la blancheur du linge même après de nombreux lavages, car il évite la grisaille due au calcaire (je vous reparlerai de son efficacité dans un prochain article). C’est également un très bon détachant (pour dissoudre toutes sortes de taches tenaces telles que le thé, le café, le vin rouge, l’herbe, le maquillage, les tâches de transpiration ou bien encore de sang…).

 

  • Pour du linge réellement sale, j’ajoute 1 cuillère à soupe de cristaux de soude (à dissoudre dans un verre d’eau chaude) directement sur le linge. La soude en cristaux neutralise la dureté de l’eau et dissout les matières grasses sur le linge.

 

  • Pour les tâches ingrates, j’utilise avant lavage le savon à la terre de Sommières et à l’huile essentielle d’orange de Théophile Berthon. Sa forme pratique permet une utilisation comme un stick en humidifiant le tissu et le savon pour frotter la tâche. La terre de Sommières est une argile naturelle au fort pouvoir détachant.

 

Alors c’est sûr, votre linge ne sentira pas la bonne odeur de lessive industrielle de chez papa-maman et il faudra passer ce cap et s’habituer (sans rechuter au premier snif dans les draps propres lors d’une escapade). Nous sommes trop conditionnés à associer odeur avec propreté… L’odeur de l’huile essentielle choisit pour l’adoucissant ressortira à la sortie de la machine mais le linge sent peu une fois sec. Mais après, c’est que du bonheur… pour votre linge, votre machine à laver, pour votre peau, pour la planète et pour votre porte monnaie ! Sur ce dernier point, je n’ai pas quantifié les économies réalisées et je ne vais pas vous ennuyer avec des chiffres mais quand on voit le prix des lessives en grandes surfaces et le prix du savon de Marseille (4,90€ le cube de 300g ou environ 8€ le sachet de 1 kg de paillettes de savon) et du vinaigre blanc, le calcul est vite fait !

 

 Claire

 

Écrire un commentaire